Transmetteur d'ordres Carpentier Mdle 37 C

 

 

Ce transmetteur d'ordres permet d'envoyer les ordres de tir et en même temps d'accuser réception via des tuyaux accoustiques 
Tous les étages sont reliés enre eux et au PC via un système de tuyaux souples


Tiré de la Bible de la Ligne Maginot : La Muraille de France ou la Ligne Maginot de Philippe Truttmann :

Transmetteurs d'ordres :
Les transmetteurs d'ordres sont des appareils essentiellement destinés à transmettre les commandements de tirs des PC de blocs (situés aux niveau des galeries) aux pièces d'artillerie (situées à la surface du sol) dans l'étage supérieur du bloc, en évitant les confusions toujours possibles au téléphone,
surtout dans la fièvre de l'action.

 

On trouve essentiellement deux types d'installation :

 

Le système Carpentier 


à fonctionnement électrique, il comporte un cadran circulaire analogue à celui d'une horloge, mais divisé en secteur portant des chiffres et des commandements codé, et parcouru par deux aiguilles, l'une rouge, l'autre noire. Ce système dotait les blocs-tourelles. L'installation comporte deux appareils identiques : à la fois émetteurs er récepteurs, alimentés électriquement et reliés par câble.

 

Au PC on compose l'ordre en déplacant l'aiguille rouge successivement sur les différents composants du message : l'aiguille rouge du poste récepteur répète automatiquement les mêmes mouvements et affiche donc le message. Le poste récepteur amène alors à la main son aiguille noire sur l'aiguille rouge, ce mouvement se répercute automatiquement sur l'aiguille noire de l'appareil au PC qui est ainsi informé de la transmission correcte du message ("aperçu")

 

 Le Système Doignon 

est lui constitué par des appareils assez volumineux, analogues aux tableaux d'appel des hôtels, avec des voyants lumineux. Il était réservé aux blocs-casemates d'artillerie.

Après la guerre, le système Doignon fut abandonné et, pour le remplacer, ainsi que les appareils Carpentier qu'on ne fabriquait plus, on fit appel au matériel St-Chamond-Granat analogue au système Carpentier.

 

Il existe en outre des petits transmetteurs d'ordres mécaniques "Téléflex", à transmission par câble, installés entre les différents postes des tourelles, donc sur de courtes portées.

Pour la fortification suisse, le système retenu est le bon vieux téléphone avec une garniture "écouteurs/laringophone" pas très agréable à utiliser, mais audible avec un masque de protection.

 

A noter que le système Doignon a été repris pour la tourelle de 15cm bâtie à deux exemplaires à Dailly (au bout du lac Léman, porte d'entrée du Valais et du mythique Réduit helvétique

Infos complémentaires tirées de La Ligne Maginot de J.Y. Mary :

par transmetteur d'ordres :

cet appareil, copié sur le système adopté dans la Marine, était uniquement utilisé dans les blocs d'artillerie. Il permettait à la fois d'adresser des instructions préétablies et d'en accuser réception. Un appareil était situé au PC de bloc, un autre dans la chambre de tir (un appareil par pièce d'artillerie).
Les deux types les plus fréquemment utilisés furent :
Mle 37C (Carpentier), utilisé dans les blocs-tourelles
Mle 37D (Doignon), utilisé dans les blocs-casemates.
Cependant, de nombreux appareils de téléaffichage ont été essayés tels que les appareils Bourdon, Rubeyrole et St Chamond Granat à Bourges en février 1933 ou SATAS à Ste Agnès en septembre 1937
Le modèle SATAS est un système à curseurs.



18/07/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres