quelques conseilles

Si le fort est géré par une association, il appartient à cette dernière de sécuriser les lieux.
Si vous effectuez une visite d'un ouvrage abandonné, sans autorisation, c'est à vos propres risques et périls et vous êtes susceptibles de vous voir infliger une amende de l'ordre de 120 Euros (+ éventuellement saisie de matériel, etc.)
Il est de loin préférable de solliciter une autorisation auprès du propriétaire, que ce soient les autorités militaires, la municipalité ou à fortiori un privé. Une décharge de responsabilités pourra vous être demandée.
Le respect de règles simples peut éviter une douloureuse expérience voire une tragédie.
(celui qui prétend qu'une mauvaise expérience vaut mieux qu'un bon conseil
n'a jamais mis ses doigts dans une prise de courant…)
Ne jamais visiter un fort seul. Que ce soit en cas de blessures ou de mauvaise rencontre, vous serez content de pouvoir compter sur l'autre.
Toujours avertir quelqu'un de l'endroit où vous vous rendez. En cas d'absence prolongée de votre part, il pourra prévenir les secours.
Être en règle de vaccination contre le tétanos. ÉLÉMENTAIRE
Avoir toujours de l'éclairage de secours.
Ne jamais avancer d'un pas sans regarder au sol s'il n'y a pas un trou et ne jamais avancer la tête sans vérifier s'il n'y a pas un obstacle.
Ne jamais marcher sur une tôle ou grille en métal. Sous des aspects de solidité, il arrive que la rouille l'ait rongée et que votre poids la fasse céder. Il en est de même pour les plancher de tourelles, en bois, fragilisés par l'humidité et le temps.
Dans certains forts, spécialement à Verdun, des galeries du réseau creusé en 1917 passent parfois juste sous le radier de la galerie que vous arpentez en toute confiance. 5 à 7 cm de cimentage vous séparent du vide. Mieux vaut regarder à deux fois et longer les murs. D'autre part, ces réseaux de galeries non étançonnées sont très dangereux à visiter, surtout en période de dégel.
Des bords de puits peuvent être glissants. Il y a eu des décès à déplorer à Remiremont, Essert et de graves blessures à Bessoncourt, Ecrouves,…
Les citernes s'ouvrent parfois dans le sol. Y tomber revient, s'il y a de l'eau, à périr par hypothermie. Je pense particulièrement au fort d'Ecrouves, mais, il y en a d'autres.
Les plafonds peuvent se révéler fragiles, que ce soit à cause des bombardements ou des effets du gel. On revient au point 5, toujours regarder où l'on va.
Dans les forts qui, à un moment ou un autre ont été bombardés, vous risquez bien évidemment de trouver des projectiles non explosés. Le bon sens élémentaire recommande de ne pas y toucher. Balisez-le et signalez-le.
Ne faites pas de feu, mis à part que cela dérange les Chiroptères, à Verdun, Reims ou Maubeuge, sur les champs de bataille, vous pourriez vous envoyer en l'air. Des centaines de milliers de projectiles n'ont pas explosé. Il y en a peut-être un cinq centimètres sous le foyer que vous allumez.
Les glacis sont aussi dangereux que les forts eux-mêmes. Barbelés et surtout, ardillons sont encore parfois en place. Marcher dessus, ou, pire, chuter et s'empaler peut vous conduire à un certain degré de douleur.
Si la guerre est finie, il reste des tireurs impénitents. Il se trouve des forts qui sont inclus dans des territoires de chasse. En période de chasse, mieux vaut éviter les zones où quelque Nemrod myope vous confondrait avec un gibier.
À côté des règles de prudence, il y a celles de bienséance.
Tout vol, démontage, destruction est proscrit et PUNISSABLE. Il est donc parfaitement inutile de vous balader avec tournevis, marteaux et autres pinces dans votre sac. Un appareil photo suffit amplement.
S'il y a un cadenas, c'est qu'il y a une raison. Vous n'aurez aucune excuse si vous le forcez. C'est de l'effraction pure et simple et c'est illégal. Il vous appartient de vous renseigner quant au propriétaire et de prendre contact avec lui. (Pour ceux qui jouent avec les mots, passer par dessus la barrière cadenassée s'appelle " escalade " au sens de la loi et c'est tout aussi répréhensible !)
Un fort n'est pas un parc d'attraction. On s'y comporte avec civilité. Des animaux y recherchent la tranquillité, ne la troublez pas. Certaines zones sont protégées pour les chauves-souris ? Alors contactez l'organisme responsable et sollicitez une visite en été.
Comportez-vous en invité et ayez le respect des lieux. N'y faites pas ce que vous ne voudriez pas que l'on fasse chez vous.
Un fort n'est pas une poubelle.
Un fort n'est pas un W.C. Je n'oublierai jamais au fort de Domgermain, qu'un sinistre individu avait poussé le vice jusqu'à aller déféquer sur le plancher d'un observatoire cuirassé et de remplir les fentes de visée avec du papier usagé…
Un fort n'est pas un support à tags.
Pensez qu'après vous, d'autres amateurs souhaiteraient pouvoir bénéficier du même spectacle.
Respectez les fresques et inscriptions murales. L'humidité les fragilise ; évitez d'y toucher.
Enfin, vous avez tout intérêt à vous impliquer dans une association de sauvegarde. De vieux routiers de la fortif répondront à la plupart de vos interrogations et vous aurez plus facile pour ouvrir certaines portes.
 

_________________


29/06/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres