Organisation du front des Alpes par Mathias Mathieu

Organisation du front des Alpes

La defense du teathre d'operations du sud est est confiee, a la mobilisation, a la VIe armee. Elle comprend, a la fin de septembre 1939, au moment ou la mobilisation est terminee :

  • Trois corps d'armee : 14e, 15e et 16e CA ;
  • Onze divisions : 27e, 28e 29e, 30e, 31e, 63e, 64e, 65e, 66e, 1ere DINA et 2e DIC ;
  • Une brigade de spahis ;
  • Trois secteur fortifies : secteur de Savoie ( beaufortain, tarentaise et maurienne), secteur du dauphine (brianconnais, queyras et ubaye) et le secteur des Alpes Maritimes ;
  • Le secteur defensif du Rhone.

La defense des ouvrages dans les secteurs fortifies est confiee a des troupes de forteresse, representant, dans l'ensemblem la valeur de trois divisions, dotees de leurs services et constituees avec des unites d'active ou de formation mises sur pied par appel d'elements montaganrds recrutes dans les Alpes. Ces troupes sont fortement dotees en artillerie de position.

Quant au secteur defensif du Rhone, dont le front s'etend du Mont Blanc au col de la Faucille, il ne comporte, comme troupes, que trois bataillons de forteresse et quelques pieces d'artillerie de position.

La defense des intervalles est confiee aux troupes de campagne constituees par les quatre divisions alpines : 27e, 28e, 29e et 30e DIA.

Les sept autres divisions comprennent : 3 divisions d'active (1ere DINA, 31e DI et 2e DIC) toutes preparees a la guerre en montagne, et quatre divisions de serie B (63e, 64e, 65e et 66e DI) dont deux seulement sont de type alpin (les 64e et 65e DI) les 2 autres etant de type nord est. Au total, en octobre 1939, la VIe Armee comporte environ 550 000 hommes.

La VIe Armee se voit confier la mission de sauvegarder au maximum l'integrite du territoire nationalPour remplir cette mission defensive, la 6e Armee doit, au moment ou les operations commenceront contre l'Italie :

  • porter ses avant postes a la crete frontiere en vue de l'interdire a l'ennemi ;
  • disputer le terrain entre la frontiere et la ligne des avant postes, puis entre les avant postes et position principale de resistance de maniere a limiter la progression de l'adversaire.

L'hiver 1939 1940 et la creation de l'Armee des Alpes

Mais la 6e Armee n'a pas eu a remplir cette mission. L'Italie conserve en effet, a partir de septembre 1939, une attitude de non belligerance. Des la fon septembre, le 16e CA avec la 31e DI puis la 1ere DINA sont diriges vers le Nord Est. au mois d'octobre, l'enneigment precoce des cols de la frontiere diminue encore toute possibilite d'operations avant le printemps et les 4 divisions alpines (27e, 28e, 29e et 30e DI) sont successivement dirigees sur le front nord est. Les 64e et 65e DI echangent leur artillerie de type nord est avec l'artillerie de 2 des 4 divisions alpines par ailleurs les 4 DI laissent sur place leurs sections d'eclaireurs skieurs. La 63e DI est a son tour retiree.

Le 5 decembre, la 6e armee devient armee de reserve et son QG s'installe a Nuits. A la fin de 1939, il ne reste face a la frontiere italienne qu'une simple armee d'onservation qui prend le nom d'Armee des Alpes. Elle a perdu en 3 mois plus de 300 000 hommes. Depuis le 20 octobre, le Général Olry commande la 6e Armee succedant au Général Besson. Au cours du conflit, l'Armee des Alpes depend du Commandant en Chef alors que les 14 et 15e CA dependent du Ministre de la Guerre.

En avril 1940, l'Armee des Alpes ne comporte plus que 176 000 hommes dont 85 000 combattants. La diminution des effectifs s'est faite plus lentement, depuis novrembre,  a la demande de l'Armee des Alpes qui demande qu Commandant en Chef un retrait des formation et des services plus progressifs.

Preparation de la bataille

Alors qu'un tiers du territoire français est déjà occupé par l'armée allemande, Mussolini déclare la guerre à la France le 10 juin 1940. Le Duce masse trois armées soit 300 000 hommes dans les Alpes le long de la frontière française. Face à cette armée d'invasion, les effectifs français sont réduits au minimum. D'un effectif de 550 000 hommes à la mobilisation, l'Armée des Alpes ne compte plus que 85 000 hommes en juin 40 dont 42 000 combattants. En effet depuis le début du conflit, de nombreuses troupes de montagne ont été prélevées pour l'expédition de Norvège d'avril 1940, puis pour tenter d'endiguer l'invasion allemande qui se développe sur le front Nord-Est à partir de mai 40. Prudent, Mussolini, n'attaque pas. Il préfère laisser à l'armée allemande le soin de terrasser l'armée française et lorsque la capitulation sera consommée, il pourra s'octroyer sans combats une grande partie du Sud-Est de la France. Mais Hitler a d'autres desseins. Soucieux de ménager la France, afin qu'elle ne continue pas la lutte outre-mer avec le Royaume Uni, il refuse en bloc toutes les prétentions territoriales du Duce. L'Italie n'occupera que les secteurs qu'elle aura effectivement conquis au moment de la conclusion d'un armistice. Mussolini se voit alors contraint de passer à l'attaque pour s'assurer quelques possessions territoriales. Et contre l'avis de son état major, il ordonne une offensive généralisée pour le 21 juin.

Organisation du Commandement de l'Armee des Alpes face a l'Italie

  Commandements Secteurs Organisation du commandement Troupes
General Olry

Commandant l'Armee des alpes

Chef d'EM

General Mer

Tarentaise

SFS

14e CA

General Beynet

Chef d'EM Lieutenant Colonel Conne

SFS

Colonel de la Baume

Elements du SFS et de la 66e DI

Maurienne

66e DI

General Boucher

Elements du SFS et de la 66e DI

Brianconnais

SFD

SFD

General Cyvoct

Elements du SFD et de la 64e DI

Queyras

64e DI

General de Saint Vincent

Elements du SFD et de la 64e DI

Ubaye

Tinee Vesubie

SFAM

15e CA

General Montagne

Chef d'EM

Lieutenant Colonel Chevillon

65e DI

General de Saint Julien

 

Elements du SFAM et de la 66e DI

Roya

SFAM

General Magnien

 

SFAM

Sospel littoral

 

Les combats

L'attaque se déclenche comme prévu, mais malgré l'importance des effectifs italiens engagés, la progression est partout stoppée par la résistance adverse. Les troupes de montagne et de forteresse de l'Armée des Alpes contiennent les assauts par des salves d'artillerie et d'armes automatiques bien réglées. Les SES très mobiles et connaissant bien le terrain repoussent les tentatives d'infiltration italiennes entre les ouvrages de la ligne Maginot.

Parallèlement le 22 juin, une offensive italienne dirigée sur Nice se développe le long du littoral méditerranéen. Dans cette zone, les fortifications sont les plus denses et les troupes de Mussolini ne peuvent dépasser Menton. Mais à cette date l'armée des Alpes est attaquée sur ses arrières par l'armée allemande. En effet, dès le 21 juin, quatre divisions allemandes progressent par la vallée du Rhône. Le 22, les Allemands sont bloqués aux portes de Chambéry et le 24 juin l'offensive en direction de Grenoble est stoppée à Voreppe. Le 25 juin lorsque l'armistice entre en vigueur les troupes françaises sont toujours sur leurs positions. Dans leurs forts de la ligne Maginot des Alpes, les "écrevisses de remparts" ont su repousser avec bravoure toutes les attaques italiennes tandis que sur les arrières, sous la conduite de chefs énergiques, les forces hétérogènes formées de troupes alpines, de tirailleurs sénégalais et de marins ont contenu la ruée des panzers.



13/08/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 22 autres membres